Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu en un clic | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de Vitré

Menu principal

AccueilCulture > Artothèque > En imagesGANZIN Julie

GANZIN Julie

 

Biographie

Née à Marseille, Julie Ganzin vit à Boulogne-Billancourt. C’est à travers ses lectures de Stendhal, de Mérimée et plus largement de la période romantique qu’elle a commencé à appréhender, par ses moyens de photographe, le paysage méditerranéen. Ses premiers travaux datent de 1986 et elle expose pour la première fois en 1992, à Paris. Julie Ganzin illustre un premier livre en 1991, puis va régulièrement collaborer avec écrivains et poètes et accompagner leurs textes dans le cadre d’ouvrages publiés entre autres chez Fata Morgana. Elle a obtenu différentes bourses dont la bourse Villa Médicis.

Œuvre

« Julie Ganzin prête attention au paysage. Elle semble faire concrètement l’expérience de cette notion ambiguë qui superpose une réalité physique, géographique, voire politique et une projection mentale spéculative, culturelle ou intime. Le paysage d’une Méditerranée réelle (ou virtuelle), au-delà de l’argument d’une histoire personnelle, est un vecteur privilégié. Là, le sol, le climat, le milieu débordent une description purement matérielle ou un inventaire photographique strictement documentaire. La question si controversée d’une (ré)conciliation du paysage de la nature et de la culture se déclare avec acuité. S’il s’agit donc pour Julie Ganzin d’observer ce qui fait paysage, c’est en plaçant l’homme au cœur du dispositif.

L’émotion que suscite sa présence poreuse peut être perçue comme une heureuse surprise, une habile coïncidence…Elle peut aussi déconcerter, au sens où l’on dérange un accord. S’il s’absente, c’est pour rendre le paysage à sa vacance, nous projeter dans l’expectative de son retour. Son retrait du champ permet aussi de laisser surgir des formes bâties, étroitement liées à ses activités. […] Julie Ganzin reprend, comme les cartes postales ou les brochures touristiques, ces motifs qui nourrissent la mémoire des lieux. Tout ce qui permet un entrelacement des temps est utile à son projet. Ce rapport au passé est sans nostalgie, il n’est pas un retour sur le passé. Permanence ou récurrence de l’imaginaire proviennent du jeu des irrégularités et discontinuités de l’échelle du temps. La photographie qui fait du présent le lieu d’un échange temporel, y est tout particulièrement éprouvée. »

Alberto Severini

Artiste précédent Artiste suivant