Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu en un clic | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de Vitré

Menu principal

AccueilCulture > Artothèque > En imagesSOULIMANT Joan

SOULIMANT Joan

 

Biographie

Née le 8 février 1948 à Laval. Photographe, Joan Soulimant vit et travaille à Paris. Elle a obtenu un DEUG d’histoire des Arts, cinéma, vidéo. Elle a également participé à des stages, de vidéo auprès du CICV Montbéliard et de photographie auprès d’Yves Guillot et de Serge Tisseron.

Œuvre

Joan Soulimant traite du corps (plus précisément de son corps) : corps de chair, corps de liquide, corps de pores de peau, enveloppes corporelles, robe ou peau rosée, ou corps troué par des impacts lumineux -avec toute la décence et l’indécence possible- la décence se situant dans la trop grande proximité du corps, un corps invisible à l’œil nu, mais révélé dans ses fragments par des objectifs photographiques ou des jeux de noir et blanc qui créent des apparitions, tels des devinettes d’enfants (devinez ce qui est caché dans l’image ?), Joan étant d’ailleurs loin de voir ce qu’elle a produit, parfois révélé par le regard d’autrui.

"En 1996, j’ai en main ma robe de prime enfance. Elle est blanche, brodée, à empiècement, col claudine et manches ballon. Cette robe est inscrite dans ma mémoire comme parade de l’album photo de mes premiers dix-huit mois. Passe six mois avant le premier déclenchement. C’est un défi. Je sais que le blanc va "s’entrouvrir", transformer ou saturer les lumières, se teinter à ma convenance ou à mon insu. Recréant les conditions de prises de vue "d’Autopsie d’un ange" (1989), je photographie le jour en surexposant la robe. À l’affût de la décomposition du spectre lumineux, je traque les métamorphoses de l’objet, je soulève des "peaux" d’images. Recréant celles de "Distance du toucher", je photographie dans ma chambre avec le désir brûlant d’en extraire des images de "chair", et des "chairs" d’images (déclinées dans l’épaisseur, l’opacité)."

« Pour Joan Soulimant, les armoiries sont dans les plis et les déplis de la robe blanche de ses un an qu’elle photographie sous tous les angles, dans une lumière à fond blanc irisée de lueurs bleue, rose et jaune. L’artiste nous invite à les contempler comme un polyptyque enluminé d’Heures délicates en attente de figures qui nous envisagent comme des anges sur le point de s’envoler.

Le blanc lunaire et limbaire du polyptyque de Joan Soulimant dévide les fils d’une robe de promesses que la vie a ourdis en figures du temps. Comme les ombres des aimés disparus, nos souvenirs ne paraissent qu’ourlés de fantasmes, à la dérobée. De cette robe si précieuse qui fut nous, les admirables photographies, que je préfère traduire : corolles de lueurs - disent l’incessante dérobade, la fragile beauté, la poignante mélancolie et la lustrale nostalgie. »

Bernard Lafargue

Artiste précédent